Sub-header worm background

Casino Display

Lieu de recherches et d'expérimentations artistiques

En accord avec le Ministère de la Culture et dans un souci d’élargir son champ d’action, le Casino Luxembourg a repris, depuis février 2021, la programmation de la galerie du Konschthaus Beim Engel, désormais appelée Casino Display.

En l’absence d’écoles d’art ou Luxembourg, il était essentiel de proposer une plateforme dont le but est de promouvoir la très jeune création et de soutenir les jeunes créatifs d’aujourd’hui et de demain.

La programmation du Casino Display tourne autour de trois axes :

Résidences
Le Casino Display propose une résidence d’artiste sur une période de six mois. Elle s’inscrit dans l’évolution naturelle et le développement continu du programme de résidence que le Casino Luxembourg a mené depuis 2010. La résidence au Casino Display est avant tout pensée comme un temps de recherche et d’échanges. Sans obligation d’un résultat final « concret » (p.ex. œuvre ou exposition), elle permettra un meilleur suivi, un accompagnement sur le plus long terme et une implication plus concentrée de l’artiste à différents niveaux (artistique, scolaire et professionnelle). Au cours des six mois de résidence, l’artiste pourra expérimenter dans les espaces mis à sa disposition et avancer dans son travail. Si l’artiste le souhaite, une rencontre avec le public sera également possible.

Artiste en résidence, Andrea Mancini, 01.02 – 31.07.2021
Andrea Mancini (né en 1989) est un musicien, artiste sonore et plasticien multidisciplinaire luxembourgeois d’origine italienne. Il a étudié les sciences politiques à l’Université libre de Bruxelles avant d’obtenir un BA en typographie, design graphique et communication visuelle de l’École de Recherche Graphique (ERG, Bruxelles) en 2016. La même année, il a commencé à se concentrer professionnellement sur son projet de musique électronique Cleveland. Depuis, il s’est produit sur de nombreuses scènes internationales et lors de festivals prestigieux, et travaille en étroite collaboration avec des agences et labels renommés à Barcelone, Los Angeles, Berlin et Amsterdam. Son travail a reçu de nombreuses accolades de la part des médias spécialisés et a fait l’objet de critiques et d’articles élogieux dans la presse internationale spécialisée comme Pitchfork, Resident Advisor, Boiler Room et Inverted Audio.   Dans son œuvre sonore, Andrea Mancini recherche les frictions et tensions entre des textures et des impressions a priori antagonistes (froid/chaud, liquide/statique, organique/synthétique), à partir desquelles il crée des structures qui mettent l’accent sur la contemplation. Ses visuels associent différentes disciplines, dont le graphisme, la vidéographie filmée et générée, l’installation et la scénographie.   Au cours de sa résidence de six mois au Casino Display, il mènera une recherche expérimentale sur les éléments constitutifs qui permettent aux deux facettes de sa pratique artistique, le son et l’image, de se fondre en une seule entité. 

Commissaire associée, Nadina Faljic, 01.03 – 31.12.2021
En tant que commissaire associée, Nadina Faljic s’impliquera de manière active à la programmation du Casino Display, et plus particulièrement aux volets prospection de jeunes talents et orientation (au travers de portfolios views par exemple). Nadina Faljic (née en 1992) est commissaire, médiatrice et écrivaine indépendante basée au Luxembourg. Elle est titulaire d’un master en études curatoriales de la Hochschule der Bildenden Künste Saar (HBKsaar) et a obtenu un Bachelor of Arts en histoire de l’art à l’Université de la Sarre. De 2018 à 2020, elle a été assistante de recherche à la galerie de la HBKsaar et a participé à l’organisation de nombreuses expositions. Plus récemment, elle a fait partie du comité de sélection pour l’Open Call « Platz machen », organisé par le Neuer Saarbrücker Kunstverein. Depuis 2016, elle travaille comme médiatrice culturelle et guide-conférencière dans des institutions culturelles à Luxembourg (comme le Cercle Cité, CNA, MNHA et les Rotondes).
Elle est passionnée par l’histoire et la théorie de l’art, l’activisme curatorial, la participation, l’art et les espaces publics, le/la curator-mediator, la philosophie et la théorie des médias. Sa première exposition de groupe intitulée (Obscure) Desire aura lieu dans trois espaces différents de la ville de Sarrebruck au printemps/été 2021. « Dans le cadre de mon mémoire axé sur le programme de conservation de la Hochschule der Bildenden Künste Saar, j'ai étudié la rencontre de l’art et son ancrage dans l’espace. L’accent a été mis sur l’accessibilité du public, la modification de l’accueil et de la pleine conscience des visiteurs par le biais du médium spécifique de l'exposition, au plus près du spectateur, du regard (gaze), le thème du désir et son questionnement critique, notamment dans la discussion des différentes perceptions de l’espace et des espaces construits. La question des approches curatoriales a été traitée sur la base d’un concept d’exposition thématique qui n’était jusqu’alors que fictif. Le désir obscur. » Nadina Faljic

Prospection de jeunes talents
Un travail de prospection se fera tout au long de l’année dans quatre écoles supérieures d’art avec qui le Casino Luxembourg a noué des partenariats : ÉSAL – École supérieure d’art de Lorraine, Metz/Épinal ; ENSAD – École nationale supérieure d’art et de design, Nancy ; HEAR – Haute École des arts du Rhin, Strasbourg/Mulhouse ; HBKsaar – Hochschule der Bildenden Künste Saar, Saarbrücken. Ce travail de prospection et d’échange sera réalisé avec, à la clé, la possibilité pour des étudiant·e·s sélectionné·e·s d’exposer au Casino Display.

Cartographies et espaces du livre. Jusqu’au 13.03.2021
Pour sa première présentation publique, le Casino Display invite les visiteur·euse·s à voir, jusqu’au 13 mars 2021, les résultats d’un travail de recherche développé par l’École Supérieure d’Art de Lorraine – ÉSAL autour de l’objet livre. Les étudiant·e·s, les intervenant·e·s Émilie Pompelle et Elamine Maecha – designers graphiques et professeurs à l’ÉSAL – et la typographe Christina Poth ont encadré plusieurs moments de rencontres et d’échanges, notamment avec des acteur·rice·s de la scène artistique locale désireux·se·s d’approfondir leurs savoirs et connaissances en la matière. Les recherches portaient aussi bien sur l’immersion dans l’univers du design graphique par l’exploration expérimentale et plastique du paratexte que sur une mise en parallèle des pratiques artistiques des participant·e·s, de la position du lecteur et de la mise en page d’un objet éditorial. 

Orientation des jeunes
Un des rôles du Casino Display sera également d’orienter les jeunes, de leur permettre de se familiariser plus facilement avec la diversité des études créatives proposées dans des écoles supérieures d’art et la variété des débouchés. En ce sens, la programmation du Casino Display prévoit notamment d’encourager le croisement de pratiques et de rencontres interdisciplinaires.

Le bâtiment
Au printemps 2019, le Casino Luxembourg s’est vu confier la gestion de la galerie du Konschthaus Beim Engel par le Ministère de la Culture qui a géré les lieux depuis le début des années quatre-vingt. La mission de réaménagement du bâtiment a été attribuée en août 2019 au bureau d’architecture NJOY ; l’objectif de cette démarche voulue par le Ministère de la Culture et l’Administration des bâtiments publics étant une plus grande fonctionnalité des lieux pour les années à venir.
Les travaux de rénovation, réalisés en collaboration avec le Service des sites et monuments nationaux, ont duré de septembre 2020 à février 2021. NJOY a prôné une approche basée sur le dialogue et dans le respect de l’ancien, tout en insufflant une note contemporaine à l’architecture des lieux. « Notre approche a été d’assagir l’expression trop rustique que le lieu avait accumulé au fil des interventions passées afin de retrouver les qualités intrinsèques de l’espace historique. Une fois ces couches enlevées, l’application de monochromes donne plus de fluidité et de lisibilité à l’espace. Son expression est comme adoucie, son ambiance éclaircie ce qui permet également une meilleure visibilité depuis l’extérieur à travers les vitrines. À certains endroits des implants contemporains ont été rajoutés, comme un petit espace de lecture, une cellule d’eau pour un artiste en résidence ou des cimaises en forme de triptyque dans les caves voûtées. » Nathalie Jacoby, NJOY


  • 1, Rue de la Loge
    L-1945 Luxembourg
    Luxembourg